J’ai reçu une carte cadeau
.
.
0
0
< Retour
Histoire de Thé

Entrez dans la danse

Entrez dans la danse

Les fanfares jouent, les notes de musique résonnent, les confettis virevoltent… Vive le carnaval !

Le carnaval, deux origines entremêlées 

Le terme « carnaval » découle du latin « carnelevare » qui signifie « enlever la viande ». Cette traduction introduit donc les origines chrétiennes du carnaval en faisant référence à la période de Carême où les chrétiens doivent supprimer de leur alimentation tous les ingrédients riches, trop gras ou trop sucrés. Par ailleurs, certains historiens insistent sur le fait que le carnaval existait déjà il y a 3000 ans avant l’évolution du christianisme. Dans la Mésopotamie ou en Egypte, on célébrait des fêtes consacrant l’égalité, inhabituelle à cette époque, qu’il y avait entre esclaves et maîtres . Ces personnes issues de différentes classes sociales partageaient un repas convivial et parfois inversaient les rôles.

Ce bouleversement de la hiérarchie sociale a toujours été un aspect typique du carnaval. Ainsi, dans nombre de pays européens, le carnaval s’est établi au XIXème siècle lorsque le but était de se moquer de l’aristocratie et du roi en portant des masques et des déguisements ridicules.

D’après le calendrier religieux, le carnaval débute à l’Épiphanie (le 6 janvier), date qui marque la fin des fêtes de Noël, et se finit le mardi gras, veille du début de la période de Carême. Un lien se dessine alors entre le carnaval et la religion chrétienne. Les jours précédant le Carême étaient l’opportunité de consommer des aliments riches et de profiter une dernière fois avant une longue période d’abstinence.

Anonymat, liberté, et excès voici les maîtres mots qui reflètent l’essence du carnaval. 

Aujourd’hui, chaque carnaval a son style, sa musique, son héritage et sa singularité. Nous vous proposons donc de nous plonger dans l’univers de trois carnavals qui nous font fantasmer et nous inspirent. 

 

Le Carnaval de Rio de Janeiro, tourbillon de samba, de plumes et de caipirinha 

Un événement, une institution, un culte, tout simplement l’un des plus beaux et des plus délirants carnavals au monde ! Cette année la semaine décrétée sacrée, suave et sucrée est celle du 21 février. Tous les ans, durant les 4 jours qui précèdent le Mercredi des Cendres, jour qui marque le début du Carême, elle rassemble toute la population, galvanisée par la musique, la danse et la bonne humeur. 

Les réjouissances commencent après le signal du Rei Momo. En effet, à l’occasion du Carnaval le maire lui transmet les clés de la ville, l’aidant à trouver sa reine, une jeune fille choisie pour sa beauté et ses qualités de danseuse. Celle-ci gouverne alors  la ville durant les festivités. 

Le temps fort du Carnaval est bien entendu le défilé des écoles de samba qui, sur une musique endiablée, se disputent la gloire d’être désignée comme la championne de l’année. On en dénombre environ 70 dans la seule ville de Rio. Les meilleurs se parent de leurs plus beaux costumes et direction la sambodrome, avenue Marques de Sapucai, pour la défilé officiel. Nos yeux pétillent… Décors époustouflants, costumes délirants, chorégraphies élaborées et rythme déchaîné, la fête touche ici à son apogée. 

Aujourd’hui l’unique Carnaval de Rio est devenu une référence à travers le monde qui fait rêver et voyager ! 

Venise, viva el Carnavale !

Mystère, démesure, et faste. Le Carnaval de Venise est le plus célèbre d’Europe, le plus sophistiqué et le plus mystique. Parades nautiques, défilés historiques, festivités grandioses, bals chics à l’abri des palais de marbre, costumes féeriques… Ça ne vous fait pas rêver vous ? 

Les festivités commencent dix jours avant le Mercredi des Cendres et se poursuivent jusqu’au Mardi gras. Cette année elles ont eu lieu du 15 au 25 février. Jadis, il arrivait qu’elles durent plusieurs mois à tel point que l’Europe entière s’y retrouvait, en frétillant d’avance au nom de cette fête qui ne s’arrête jamais. 

Le but premier du Carnaval de Venise était d’abolir les contraintes sociales. Le riche devenait pauvre et vice versa. Le port du costume et du masque, introduit au XIIIème siècle, permettait une liberté presque infinie. Chacun pouvait transgresser les règles en toute impunité. Ainsi pour participer dignement au Carnaval de Venise une seule règle est de rigueur, jamais écrite, toujours respectée, celle de l’anonymat. C’est un temps pour oublier le quotidien et tous les préjugés.

Durant cette semaine hors du temps, vous ne pouvez manquer la Procession des Maries. Douze beautés locales, élues autant pour leur plastique que leur tenue, se présente au public avant que soit désignée la Marie de l’année. Un honneur qui lui vaudra, d’assurer l’année suivante le Vol de l’Ange, autre incontournable du Carnaval. La jeune Vénitienne doit traverser, en habit, la place Saint-Marc, suspendue à un filin, depuis le campanile jusque sur les croisillons de la place, semant confettis et bisous à l’attention de ses admirateurs. Enfin, ne manquez pas la cérémonie du plus beau costume du Carnaval, un palmarès pour les messieurs, un autre pour les dames. 

La Sérénissime n’a jamais été aussi belle que lorsqu’elle reprend le fil de sa glorieuse histoire.

 

Le Carnaval de la Nouvelle-Orléans, là où la musique est reine 

Pour Mardi-Gras, en français s’il vous plaît, la reine de la Louisiane, fief des légendes du coton, de l’esclavage, du Mississippi et de toutes les musiques à faire pleurer l’âme, envoie balader ses soucis pour une semaine de pure folie, du 22 au 26 février. Une semaine complète de défilés, de concerts, d’extravagances et de bonne humeur. 

La Nouvelle-Orléans est héritière de cinq siècles d’histoire coloniale, raciale et musicale et c’est de ce passé qu’est née cette tradition. Ce sont les esclaves des plantations de café et de coton qui ont portaient à bout de bras ce désir de liberté. L’abolition de la traite des Noirs puis celle de l’esclavage en 1848 scellent l’affaire: à partir de 1857, Mardi Gras et son carnaval font officiellement partie du calendrier louisianais.

Alors destination le Vieux Carré, où plus de 70 « kewes », comme on appelle les groupes et leur troupe, arpentent la vieille ville, au rythme de leurs instruments et des acclamations de centaines de milliers de spectateurs, venus prendre part aux festivités. L’osmose est totale. 

Chaque troupe a son thème, qui varie chaque année. L’imagination est libre, la réalisation délirante : mise en scène flamboyante, sono assourdissante, paillettes à gogo, pièces et perles par millions… On ne sait plus où donner de la tête. 

Dans cette folle ambiance, il va sans dire que le déguisement est de bon ton et chacun y va de sa folie. Mais attention à respecter les couleurs de la manifestation : le mauve symbolise la justice, le vert la foi et l’or le pouvoir.

Alors direction La Nouvelle-Orléans, là où la musique est née, pour se sentir libre et swinguer jusqu’au bout de la nuit ! 

Troupe qui joue de la musique au Carnaval de la Nouvelle-Orléans


Psssst… venez découvrir La Thé Box Carnavals du mois de mars ! Comme à Rio de Janeiro, ses thés sont rafraîchissants, colorés et un bruns sensuels: de véritables rayons de soleil à infuser ! 

Vous aimerez peut-être

Abonnez-vous à notre délicieuse newsletter

Découvertes en avant-première, dernières actus, bons plans, concours, ne ratez plus rien !

Livraison offerte en France métropolitaine

A partir de 55€ d'achat sur la Boutique, hors abonnement et carte cadeau.

Expédition

En France, Belgique et Luxembourg sous un délai de 3 jours

Paiement sécurisé

100% garanti 3D Secure, Visa, Mastercard, Paypal, ...

Besoin d'aide ?

Rendez-vous sur notre FAQ