Le site rencontre des problèmes techniques. Nous ne pouvons plus prendre de commandes. Nous faisons notre maximum pour y remédier. >>
J’ai reçu une carte cadeau
.
.
0
0
< Retour
Histoire de Thé

Rencontre avec Stéphane Rossi, fondateur de Comme des Tisanes

Rencontre avec Stéphane Rossi, fondateur de Comme des Tisanes

Des tisanes qui débordent de créativité !

Stéphane Rossi, fondateur de la marque Comme des Tisanes, répond aux questions de La Thé Box !

Peux-tu nous parler de la marque Comme des Tisanes ?

Comme des Tisanes est née en 2016 d’une envie de proposer des recettes d’infusions élaborées comme des cocktails savoureux plutôt que comme des remèdes de grands-mères. En effet, dans mon herboristerie grenobloise, je conçois au quotidien des mélanges de plantes médicinales pour répondre aux demandes de santé de mes patients. Prodiguer de tels soins est gratifiant mais peut aussi être pesant. Après 10 années de cette pratique spécialisée, j’ai eu envie d’élargir mon cadre de travail, de renouer avec la beauté du végétal, sa sensorialité, son imaginaire… juste pour le plaisir. Plus d’une trentaine de recettes sont depuis nées de ce désir.

Comment est née cette envie de créer un univers autour des contes et légendes pour parler de tisanes ?

Lorsque l’on crée des tisanes thérapeutiques, on se fixe un objectif d’efficacité sans porter beaucoup d’attention au goût, à l’apparence, à la symbolique des plantes. On peut vite tomber dans la routine et toujours proposer les mêmes formules éculées. Pour Comme des tisanes, je souhaitais aborder les choses de manière plus créative, voire poétique, et parler directement amateurs de boissons chaudes, de thés parfumés, même -et surtout- à ceux qui ne connaissent pas les plantes. J’ai donc cherché à créer des recettes qui disent quelque chose : que boit vraiment Alice au pays des merveilles lors d’une tea party ? Quel est le goût de la potion Felix felicis de Harry Potter dont on sait seulement qu’elle est jaune comme de l’or liquide ? Que trouve-t-on dans un philtre d’amour d’un prince… et dans celui d’une princesse ? Les contes et légendes, les formules anciennes, presque magiques, comme la beauté des jardins sauvages sont des sources d’inspiration intarissables.

Pourquoi es-tu passé de docteur en pharmacie à herboriste ?

Oh, mais je suis toujours docteur en pharmacie. C’est cette science des plantes médicinales, de la botanique, de la pharacognosie, de la galénique, de l’éthnobotanique qui me sert au jour le jour. L’herboristerie n’est qu’une partie de cet ars medica qu’est la pharmacie. Je me suis simplement spécialisé. La plupart des plantes médicinales de la pharmacopée font d’ailleurs toujours partie du monopole pharmaceutique.

Qu’apprécies-tu le plus dans ton métier aujourd’hui ?

La variété, la création et la recherche. J’adore me plonger dans les vieux grimoires ou les beaux livres pour débusquer des plantes méconnues, des usages oubliés ou des associations de saveurs originales. Cela me permet d’enrichir les collections de Comme des tisanes et aussi de travailler pour des musées, des chefs étoilés ou des maisons de cosmétique.

En quoi ces tisanes sont-elles différentes des autres que l’on peut trouver sur le marché ?

Mes tisanes sont beaucoup plus complexes. J’utilise plus de cent plantes différentes dans mes formules. Chacune apportant une saveur, une vertu, un message particulier. C’est aussi un travail qui allie la poésie des mots et l’imaginaire des plantes comme nul autre.

Comment trouves-tu l’inspiration pour créer de nouvelles recettes toujours plus créatives ?

Comme je l’ai dit, l’histoire et l’art sont mes principales sources d’inspiration. J’aime aussi travailler sous contrainte, comme les oulipiens, ces auteurs qui explorent le langage et l’écriture pour en développer le potentiel à travers des jeux et des obligations. Ainsi la Felix felicis devait-elle être toute jaune, de la matière sèche à la liqueur infusée. J’ai aussi créé une tisane dont aucun des ingrédients ne possède la lettre « E » et je l’ai accompagnée d’un texte suivant ce même principe. Il commence ainsi : « Pour accomplir l’OuliPotion d’amour sous un grand « bravo ! », plus qu’un grand savoir il faut profusion d’imagination… »  ! Cela pousse à considérer des associations de plantes improbables dont on aurait pas eu l’idée autrement.

Associé au Collège Culinaire de France, comment mets-tu à l’honneur tes recettes au service de la gastronomie ?

Le Collège Culinaire de France permet d’échanger entre artisans militants du bien manger, grands chefs et petits producteurs… ou l’inverse tant que le sérieux et l’engagement sont là ! Dans ce cadre je peux faire découvrir les saveurs de plantes peu connues ou des associations ingénieuses à des collègues toujours curieux. Je peux les conseiller sur des herbes vertueuses à ajouter à leurs boissons ou encore leur créer une tisane signature de A à Z selon leurs goûts et leur personnalité ou celle de leur établissement.

Le CCF me permet aussi de trouver les meilleurs producteurs d’épices ou d’échanger sur des points techniques comme les différences entre une vanille de Madagascar et une de Nouvelle Calédonie, comment et à quelle température la sécher etc.

Vous aimerez peut-être
Abonnez-vous à notre délicieuse newsletter

Découvertes en avant-première, dernières actus, bons plans, concours, ne ratez plus rien !

Livraison offerte en France métropolitaine

A partir de 55€ d'achat sur la Boutique, hors abonnement, carte cadeau et produits soldés.

Expédition

En France métropolitaine, Belgique et Luxembourg

Paiement sécurisé

100% garanti 3D Secure, Visa, Mastercard, Paypal, ...

Besoin d'aide ?

Rendez-vous sur notre FAQ